Un massif mais surtout une histoire,

A

Les Baronnies sont un pays de moyenne montagne (altitude inférieure à 1 600 m), au relief tourmenté, qui se développe, d’ouest en est, de la plaine de Valréas à la moyenne vallée de la Durance et, du sud au nord, du mont Ventoux et de la montagne de Lure aux marges du Diois.

Le territoire est compartimenté en vallées (du nord au sud, vallées de l’Eygues et de la Blaisance, de l’Ouvèze et du Céans, du Charuis et de la Méouge, celles enfin du Toulourenc et du Jabron) entrecoupées d’amples cuvettes synclinales (Rosans, Sainte-Jalle, Montauban, Lachau…) ou de bassins exigus mais fertiles. Les communications permettant de passer d’une vallée à l’autre n’ont jamais été faciles, malgré de nombreux cols de moyenne altitude.

La végétation et les cultures consistent, dans la plaine, en vignes, des arbres fruitiers, des oliveraies sur les collines, des champs de lavande sur les plateaux, mais aussi des forêts de chênes, de genévriers, de buis, de genêts, et sur les pentes ravinées, des colonies de pins sylvestre ou des plantations de pins noirs qui fixent le sol.

La région est ensoleillée, aux paysages lumineux, au climat encore méditerranéen, ponctué de villages perchés et de fermes isolées.

HISTOIRE

Les Baronnies tirent leur nom des Barons de Mévouillon et de Montauban qui, du XIe au xiiie siècle, avaient acquis une certaine indépendance sous la suzeraineté lointaine de l’Empereur. Ces deux seigneuries furent définitivement annexées au Dauphiné de Viennois en 1315 et 1317, avant d’être cédées, comme partie de cette principauté, au royaume de France en 1349.

Le Moyen Âge a profondément marqué l’histoire et le patrimoine de cette région, en organisant la population à partir de castra sièges de seigneuries. Les nombreux vestiges de tours du xiiie siècle, qui dominent les vallées et contrôlent aussi les lieux de passage, illustrent cette occupation particulière du territoire. Ces castra ont majoritairement résisté à la vague de dépeuplement des XIVe et xve siècle, même si de nombreux villages furent refondés sur de nouveaux sites à partir du xve siècle.

Les guerres de religion, entre 1562 et 1598, sont une époque de guerre civile : outre les opérations militaires, on compte de nombreuses destructions de monuments, affrontements et massacres.